• 06 61 58 30 73
  • contact@beeofeed.fr
06Jan

 

L’olfactothérapie est une méthode psychocorporelle qui repose sur l’existence de liens subtils entre l’odorat et la sphère émotionnelle. Basée sur l’emploi d’huiles essentielles, elle est déployée par plus d’une centaine de thérapeutes en France, à l’instar de Martine Terrail qui nous dévoile les secrets de sa pratique.

 

Olfactothérapie : définition et origine

L’olfactothérapie est une méthode qui vise à retrouver un équilibre psycho-émotionnel via l’inhalation de certaines huiles essentielles : en utilisant l’odorat, un des cinq sens qui se trouve en lien direct avec l’inconscient et la mémoire, on peut faire remonter à la surface des émotions responsables de blocages ou de mal-être.

Cette approche a été créée dans les années 1990 par le thérapeute Gilles Fournil. Elle se distingue de l’aromachologie qui est la science des phénomènes liés aux odeurs, plus particulièrement leur influence sur le comportement. Aujourd’hui, plus de cent thérapeutes, sophrologues, naturopathes, praticiens de shiatsu, etc. se sont formés à l’olfactothérapie auprès de Gilles Fournil afin d’ajouter à leurs outils thérapeutiques l’action des huiles essentielles au plan psychologique et émotionnel.

Seize huiles essentielles comme base de l’olfactothérapie

C’est le cas de Martine Terrail, sophrologue, qui s’est formée en 2012. « Il s’agit d’une thérapie brève qui repose sur les odeurs et leur pouvoir sur notre inconscient » résume-t-elle. Lors de la première séance d’olfactothérapie, Martine Terrail fait inhaler seize huiles essentielles différentes à la personne venue en consultation, « les principales essences sélectionnées par Gilles Fournil lorsqu’il a élaboré sa méthode« , confie-t-elle. Cèdre de l’Atlas, clou de girofle, lavande fine, menthe poivrée, etc. « Il est parfois impossible de toutes les faire sentir tant les parfums et leurs effets sur la personne qui consulte sont intenses« , révèle l’olfactothérapeute. A l’issue de ces inhalations, le consultant est invité à sélectionner deux huiles essentielles : celle qu’il a préféré et celle qu’il a le moins aimé.

Se libérer d’un traumatisme, du stress ou d’une addiction

L’olfactothérapeute instaure ensuite un dialogue pour aider la personne venue consulter à exprimer les émotions que les deux parfums choisis ont déclenchées. Martine Terrail propose d’abord de formuler tout ce qu’évoquent l’une et l’autre des odeurs et pourquoi le premier parfum est aimé tandis que le second est jugé désagréable. « L’objectif est d’apprivoiser l’odeur non appréciée, révélatrice d’un blocage ou d’un mal-être, et au contraire d’apprendre à utiliser l’huile essentielle jugée agréable comme soutien de la sphère psycho-émotionnelle« .

A l’issue de la première séance, la personne consultante repart avec un stick imprégné de quelques gouttes de l’huile essentielle aimée, afin de continuer à investir positivement sa fragrance. A raison de plusieurs séances par mois étalée sur une année, l’olfactothérapeute va aider à retrouver une certaine harmonie émotionnelle. « Avec l’olfactothérapie, on peut agir sur tout un panel de problèmes : on peut travailler sur des traumatismes, gérer le stress et les émotions, se libérer de dépendances (alimentaire, tabac…) mais aussi améliorer la confiance en soi » estime Martine Terrail.

L’odorat en lien direct avec le cerveau limbique

D’un point de vue scientifique, l’olfactothérapie repose sur les liens neuronaux très directs qui existent entre les récepteurs olfactifs qui tapissent la cavité nasale et les récepteurs du cerveau limbique, siège des émotions et des souvenirs autrefois appelé le rhinencéphale, le cerveau du nez. On a tous un jour fait l’expérience d’une odeur qui en un instant réactive une sensation enfouie dans notre mémoire…

Sur la base de ce lien subtil, il est tout à fait concevable d’utiliser l’odorat comme moyen thérapeutique agissant au plan émotionnel. Gilles Fournil a choisi d’employer les huiles essentielles car elles sont naturelles et concentrent de nombreuses molécules volatiles.

Méthodes inspirées de l’olfactothérapie

« L’olfactothérapie est une méthode très précise et très puissante, qui nécessite d’être accompagnée par un thérapeute formé« , avertit Françoise Couic-Marinier, parapharmacienne et aromathérapeute. Cependant, cette spécialiste des huiles essentielles convient que l’on peut s’en inspirer pour développer d’autres approches visant à gérer des problématiques émotionnelles.

C’est ainsi que l’aromathérapeute Isabelle Sogno-Lalloz a composé une « trousse aromatique » qu’elle utilise à l’hôpital afin de travailler sur les émotions négatives ressenties par des patients en soins palliatifs. Elle a pour cela étudié les huiles essentielles d’un point de vue chimique mais aussi symbolique et s’est par exemple intéressée à celles de grands conifères (épinette noire, cèdre de l’Atlas et sapin blanc) : ces essences ont non seulement des propriétés tonifiantes mais, en plus, elles sont extraites de grands arbres qui évoquent la force. Pour Isabelle Sogno-Lalloz, on peut donc les employer en inhalation contre les peurs profondes comme la peur de la solitude ou la peur de la mort.

Autre exemple : contre la tristesse et plus particulièrement le manque de joie de vivre, l’aromathérapeute propose d’investir les essences d’agrumes (mandarine verte, orange douce, citron, etc.), qui évoquent le soleil, la lumière.

Citons aussi le travail de Patty Canac, aromachologue, à l’hôpital Raymond-Poincaré de Garches et à la Pitié Salpêtrière. A l’aide de flacons d’odeurs développées dans un but thérapeutique, elle cherche à stimuler le langage et la mémoire de patients victimes d’accident vasculaire cérébral ou de traumatisme crânien. A la différence de l’olfactothérapie, sa méthode intitulée « Olfarom » investit aussi des parfums de synthèse afin de rappeler différentes odeurs de la vie courante (chocolat, crayon à papier, gaz, champignons, etc.).

Enfin, on trouve dans le commerce des gammes de mélanges d’huiles essentielles formulés par différents laboratoires tels que Deva, Pranarôm ou encore Florame qui font référence à l’olfactothérapie. Ces produits permettent d’improviser chez soi une séance d’olfactothérapie. Mais pour être accompagné dans cette démarche, il reste indispensable de consulter une personne formée à la méthode de Gilles Fournil : ce dernier propose sur son site un « annuaire des olfactothérapeutes » qui permet au public de trouver facilement un professionnel près de chez soi.

 

Ecrit par : Adeline Gadenne, Journaliste – Article paru sur doctissimo.fr ,  le 27 décembre 2018

Sources :

Comments are closed.